angus

angus

lundi 16 août 2010

Pour ma femme

Mon amour
mon rhododendron
m'aimes-tu encore
quand je suis moé
dans mon trop plein
d'indifférence
de convergence
de nos idées

on s'rabougrie
appelles ça de la tendresse
t'as un peu de gris
de sur tes tresses
et moi de même

j'nous sens vieillir
j'haïs pas ça
et mes 30 ans
bientôt les tiens

té belle en saint- sacrament
té belle en crisse ,té belle cibole,
té belle en câlisse , té belle en viarge
même après moé

je t'aime, j'nous aime
ensemble
pi pas ailleurs
parce qu'ailleurs
c'est trop loin
ou trop proche
la mer, l'aroche
le sable, la plage

ton bikini, c'est beau quand té dedans

tes p'tits seins mous
tes p'tits seins fermes
selon humeurs
sont toujours là
femme bionique
de 100 millions
de trop de toi

tes p'tits seins hauts
tes p'tits seins bas
comme une primeur qui me rappelle
tu m'rammasses à la pelle
encore dans l'coin

je rêve de toi
j't'appelle tout bas

pi tu réponds!

1 commentaire:

Kraxpelax a dit…

la lune
brille
sur un chat

miaou

Voici ma nouvelle blogue poéthique...

Poésie étrangère

Et, toujours :

Sur le pont d'Avignon. Le coup frappa l'enfant à la mâchoire. Il resta debout. Souriant. Le tireur: rien. Le fusil: aucun. Et il y avait cette aube et ce soir pleins des expectations les plus brillantes.

Poétudes

S'il vous plait...


- Peter Ingestad, Sverige